Autres pages : Accueil 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

AIDER !

AIDER !
  • ACCUEIL
  • TOME 1
  • TOME 2
  • TOME 3
  • TOME 4
  • TOME 5
  • TOME 6
  • TOME 7
  • TOME 8
  • Livre d’Or
  • Bibliographies
  • blogger

    RETOUR AU SOMMAIRE DETAILLE (Cliquez ci-dessous)

    4 - LES 12 DRAPEAUX SUCCESSIFS

    Depuis 1841 que le Roi en confia la garde aux chasseurs, leur Drapeau détérioré par le temps et les campagnes dût être plusieurs fois remplacé. De nouvelles remises de drapeaux furent alors accomplies par : la IIème République (1848 et 1852), le IIème Empire (1854), la IIIème République (1872 puis 1880 enfin 1925), l’État français (1941), la IVème République (1945 et 1950), Vème République (1960 et 1975)… 

    Éloquente image de la pérennité et de la continuité des Armes françaises à travers les changements de régime de la Patrie. Dans les drames nationaux de 1870 et 1940-1942, aucun des drapeaux des chasseurs en service à ces époques, ne tomba aux mains de l’ennemi : celui de 1870 est au musée de l’Armée. En 1940, le 8ème bataillon qui avait la garde du septième drapeau, le ramena dans sa garnison à Limoges (87). En novembre 1942, lorsque les Allemands envahirent le sud de la France, les septième et huitième drapeaux qui étaient conservés ensemble par les bataillons de l’armée d’Armistice, se trouvaient à Annecy (74) au 27ème B.C.A. Les deux emblèmes furent alors cachés par le commandant en retraite MONNET dont le fils était lieutenant au 27ème. Ils furent rendus au commandement français en 1944 au mois de septembre. 

    Le huitième drapeau est au musée de l’Armée.
    Le septième drapeau est déposé au musée des chasseurs au vieux fort de Vincennes (94). 


    Le 1er Drapeau

    Le 4 mai 1841 dans la cour du Carrousel, le Roi Louis-Philippe remet au 2ème bataillon stationné à Vincennes (94), le premier drapeau des chasseurs. Dix bataillons sont alors formés. Les Chasseurs reprennent le nom de «chasseurs à pied» qui est depuis, le seul à être inscrit sur leur Drapeau. Sur l'avers du Drapeau est inscrit : "Le Roi des Français aux bataillons de chasseurs à pied"Jusqu'en 1848, aucune victoire ne figure sur le Drapeau. Sur le revers est inscrit : "Honneur et Patrie".

    2ème et 3ème Drapeaux

    Le deuxième Drapeau est remis le 20 avril 1848 par le Président du Gouvernement provisoire. Il y est inscrit : "République française - Liberté, Egalité, Fraternité.
    A l'issue du coup d'Etat de 1851, le prince Louis Napoléon Bonaparte décide que l'aigle surmontera la hampe de tous les drapeaux. L'inscription : "Louis Napoléon aux bataillons de chasseurs à pied" figure sur l'avers du troisième drapeau. Les faces tricolores sont ornées aux angles de couronnes de chêne entourant les initiales "L.N." (Louis Napoléon). 
    Le 10 mai 1852, le commandant du 6ème bataillon de chasseurs à pied reçoit des mains du "Prince Président", l'aigle des chasseurs (aigle romain adopté par l'Empereur Napoléon 1er). 
    Après 1852, à l'avènement du régime impérial, les lettres R.F. sont remplacées par la lettre N. En 1852, Sidi-Brahim ne figure pas encore sur les plis du Drapeau car considéré comme un acte héroïque et non un acte victoire.

    Drapeau sous le second empire en 1853

    4ème et 5ème Drapeaux

    1854 : Le bataillon des chasseurs à pied de la Garde est créé et doté d'un drapeau propre. 
    Le Drapeau des chasseurs est remplacé. 
    En 1859, il est décoré de la croix de la Légion d'Honneur suite aux combats de Solferino. Ce sera le seul drapeau ainsi décoré jusqu'au premier conflit mondial.
    Le cinquième Drapeau est remis le 22 juillet 1872 par le ministre de la Guerre.


    L'aigle des B.C.P. en service de 1862 à 1870.
    Modèle en aluminium doré de 1860, oeuvre du sculpteur Auguste BARRE.

    Drapeau des chasseurs (1885-1895)

    6ème Drapeau

    Remis le 14 juillet 1880 par le président Jules GREVY. Il  porte désormais l'inscription "Sidi-Brahim"
    Le 20 octobre 1914, le Drapeau est décoré de la médaille Militaire. Il est le premier a recevoir cette décoration.
    De 1914 à 1939 le Drapeau est confié pour un an, aux seuls bataillons décorés de la fourragère rouge. 


    Le Drapeau avec sa croix  de Commandeur de la Légion d'Honneur en novembre 1917

    7ème Drapeau

    Le 22 septembre 1925 à l'issue des manoeuvres d'Eiffel, le 30ème bataillon de chasseurs à pied reçoit le septième Drapeau par le commandant en chef de l'armée du Rhin.

    Le Drapeau au mains du 30ème B.C.A. à DÜREN (1925)

    8ème Drapeau

    65 bataillons d'active te de réserve sont engagés dans la campagne 1939-1942.
    6 bataillons de chasseurs alpins s'illustrent en Norvège et en particulier à Narvik.
    En 1941, le huitième Drapeau est décoré de la croix de Guerre Norvégienne.



    9ème et 10ème Drapeaux

    Le général De GAULLE remet le neuvième Drapeau au 27ème bataillon de chasseurs alpins après la victoire de 1945. Le Drapeau est décoré de la croix de guerre 1939-1945 avec palmes exprimant ainsi la reconnaissance du pays aux chasseurs de la campagne 1939-1945, à ceux de la résistance et des combats de la libération.
    En 1950, les chasseurs reçoivent le dixième Drapeau.
    En 1947, un bataillon composé de chasseurs volontaires sert en Indochine.


    Drapeau et sa garde du 17ème B.C.A.

    Drapeau sous la garde du 27ème B.C.A.

    27 B.C.A. et le Drapeau (1950/1960)

    11ème Drapeau

    Le onzième Drapeau est remis le 2 juin 1960 au 31ème bataillon de chasseurs à pied en Algérie. Plusieurs bataillons de chasseurs participent alors au opérations de maintien de l'ordre en Algérie.

    12ème Drapeau

    Le 8ème groupe de chasseurs reçoit le douzième Drapeau en 1975.


    13ème Drapeau

    En 1982, lme 6ème bataillon de chasseurs alpins reçoit le treizième Drapeau.


    Drapeau au 13ème B.C.A. à BOURG ST MAURICE en août 1974
    LES DÉCORATIONS DÉCERNÉES AU DRAPEAU DES CHASSEURS


    A ses plis sont accrochés :

    - La MÉDAILLE MILITAIRE : gagnée au Drapeau par le 1er bataillon de chasseurs à pied qui s'empara le 15 août 1914, aux combats de Saint Blaise la Roche (67), de l'emblème du 2ème bataillon allemand du 99ème régiment d'infanterie de réserve. Le Drapeau des chasseurs fut le premier a recevoir la médaille Militaire. Elle est attachée sur sa cravate avant la Légion d'Honneur.
    - La CROIX DE LA LÉGION D'HONNEUR : conféré au Drapeau à la suite de la prise de l'emblème d'un bataillon de grenadiers Autrichiens du régiment d'infanterie  Prinz Gustav Von Vasa n°60, le 24 juin 1880 à la bataille de Solferino par le 1er bataillon de chasseurs à pied.
    En 1902, le 26ème bataillon de chasseurs à pied qui avait la garde du Drapeau fut officiellement autorisé à attacher à la cravate de l'emblème des chasseurs, au lieu d'une croix de Chevalier, une croix de Commandeur.
    - La CROIX DE GUERRE 1914-1918 avec palme : qui rappelle sur leur commun Drapeau, l'héroïsme des bataillons d'actives et de réserves qui pendant la Grande Guerre ont porté très haut le renom de ceux que leurs ennemis appelaient "Schwarzen Teufel".
    La CROIX DE GUERRE 1939-1945 avec palme : qui exprime la reconnaissance de la Patrie due aux chasseurs de la campagne 1939-1945, à ceux de la résistance, des combats de la libération et de la victoire de 1945. 
    - La CROIX DE GUERRE DES THÉÂTRES D’OPÉRATIONS EXTÉRIEURES avec palme : qui porte témoignage de la part glorieuse prise par le 10ème bataillon parachutiste de chasseurs à pied aux combats du Tonkin (Indochine) de 1950 à 1952.  
    - La MÉDAILLE ITALIENNE DU MÉRITE DE GUERRE : qui marque la part éminente que prirent les chasseurs dans les combats du front italien durant la Grande Guerre.
    - La CROIX DE GUERRE NORVÉGIENNE AVEC ÉPÉE : qui témoigne de la magnifique attitude au feu, des bataillons de chasseurs alpins lors de l'expédition de Norvège en 1940.
    - La FOURRAGERE au couleurs de la Légion d'Honneur : qui concrétise en un évident et éloquent symbole d'unité, les centaines de palmes et d'étoiles qui accrochées à leurs fanions sont la moisson de gloire récoltée par tous les bataillons de chasseurs à pied pendant la Grande Guerre en 1939-1945 et en Indochine.

    LES INSCRIPTIONS AU DRAPEAU DES CHASSEURS

    Depuis 1841, les inscriptions au Drapeau ont plusieurs fois changé notamment avec le régime qui les faisaient renouveler. De plus, les faits d'armes accomplis sous tous les cieux du monde s'accumulaient. Les règles générales limitant le nombre des inscriptions durent être transgressées malgré une sélection, qui n'a conservé que quelques combats particulièrement caractéristiques à côté de campagnes ou de guerres lourdes de sacrifices.
    Mais quelles qu'en soit les variantes, tous les Drapeaux portent sur l'avers, les termes suivants : "CHASSEURS A PIED" précédés ou non suivant les époques du mot de "BATAILLON".

    Le Drapeau qui est aujourd'hui en service porte les inscriptions suivantes sur l'avers :
    "RÉPUBLIQUE FRANÇAISE - BATAILLONS DE CHASSEURS A PIED" 



    Sur le revers :
    "HONNEUR ET PATRIE"
    Sur le BLEU
    "LES GLIERES 1944
    L'armée de l'Armistice est dissoute quand les Allemands envahissent le sud de la France (novembre 1942).
    Le 2ème BCP va, à ce moment, accomplir une mission éphémère pour la défense de Toulon. Elle se terminera rapidement avec le sabordage de la flotte. Au moment de cette dissolution et au cours des mois qui suivirent, nombreux furent les cadres et les chasseurs qui, s'ils ne passèrent pas par l'Espagne pour rejoindre l'armée française en Afrique du Nord, se retrouvèrent dans les maquis. Certains de leurs combats illustrent l'histoire de cette période, notamment celui des anciens du 27ème BCA au plateau des Glières qui a glorieusement motivé la onzième inscription au Drapeau* dont les chefs, le capitaine ANJOT et Tom MOREL sont tués.
    Dès 1944, plusieurs formations des maquis vont reprendre spontanément les «marques» des chasseurs. Les formations, dont les éléments viennent de tous les horizons de la résistance, puisent dans la tradition les forces de leur combat. On retrouve ainsi dans la lutte contre l'envahisseur près de vingt numéros de Bataillons qui poursuivent leur action contre les «poches» de l'Atlantique ou dans les rangs de la première armée et de l'armée des Alpes ou même dans ceux de l'armée US. C'est ainsi que l'on verra des unités de chasseurs entrer dans Metz aux premiers rangs du 20ème CA US et plusieurs d'entre elles terminer la guerre en Allemagne, en Autriche et en Italie.
    (*) Tandis que les anciens du 6ème BCA constituaient le maquis du Vercors avec les futurs généraux LERAY et COSTA De BEAUREGARD.
    INDOCHINE 1950 1952
    Le 8 mai 1945 lorsque l'Allemagne vaincue cesse le combat, de nombreux bataillons de chasseurs, qu'ils soient à pied ou alpins, ont été réorganisés et ont repris officiellement leur place dans l'ordre de bataille de l'armée française. Pendant la période qui suivra l'armistice on trouve : en France les 1er, 5ème dirigés sur l'Algérie en 1945, 17ème et 31ème.
    En Allemagne : les 2ème, 4ème, 8ème, 16ème, 19ème, 20ème, 24ème, 29ème et 30ème.
    En Autriche : les 6ème, 7ème, 11ème, 13ème, 15ème et 27ème (à partir d'août 1945, époque à laquelle la 27ème division alpine venant des Alpes relève la 41 division marocaine). La période qui suit est marquée par de nombreuses dissolutions et créations d'unités ainsi que par des changements de stationnements. L'armée française se réorganise pour faire face aux exigences et aux missions du moment en Métropole, Allemagne et outre-mer.
    L'Indochine et l'Algérie vont alors revoir les chasseurs au combat.
    Décembre 1946 : en Indochine, une compagnie de marche composée de volontaires des 6ème, 11ème, 13ème et 27ème BCA est incorporée au 110ème RI dans le Centre Annam.
    En raison de l'esprit de corps qu'elle manifeste, cette unité est autorisée à garder les marques "chasseur" : béret et appellation. Elle se signale dans de nombreux combats (notamment au poste de Dat Do Phong où la section issue du 13ème BCA «fait Sidi-Brahim». Son chef, le capitaine DESSERTAUX tombe au champ d'Honneur, le 25 septembre 1947 à la tête de ses chasseurs.
    1947 : au Maroc, le 10ème BCP devient «bataillon parachutiste de chasseurs à pied». 
    Dès 1950, il est engagé au Tonkin où sa belle conduite au feu mérite au Drapeau la douzième inscription «Indochine » et deux palmes à son fanion avec la fourragère aux couleurs de la croix de Guerre des TOE.
    AFN 1952 1962"
    Août 1952 : le 10ème est dissous pour donner naissance au 3ème bataillon de parachutistes vietnamiens, un des noyaux de qualité de la nouvelle armée en formation.
    Algérie : En 1954, pour faire face aux événements, le nombre de bataillons de chasseurs est porté à 27, dont 19 seront effectivement engagés. Ce sont les 4ème, 5ème, 6ème, 7ème, 10ème, 12ème, 14ème, 15ème, 16ème, 17ème, 19ème, 20ème, 22ème, 25ème, 27ème, 28ème, 29ème, 30ème et 31ème.
    Le Drapeau des chasseurs à pied voit accrocher une treizième inscription : "AFN 1952-1962"


    Sur le BLANC 
    "ISLY 1844
    1844 : En Algérie, le combat de l'Isly (6ème, 8ème, 9ème, 10ème) : le maréchal BUGEAUD rapporte : « Les quatre angles du carré de la colonne, tenus par les chasseurs d'Orléans, ont été assaillis par 3 000 à 4 000 chevaux à la fois et rien n'a été ébranlé un seul instant ».
    Ce fut la première bataille inscrite au Drapeau.
    En Italie, première expédition de Rome (1849) : 1er et 2ème. 
    SIDI BRAHIM 1845
    1845 : Combat de Sidi-Brahim par le 8ème d'Orléans. Deuxième inscription portée au Drapeau. En Algérie : les dix premiers bataillons y ont combattu entre 1840 et 1850. Les 101ème, 12ème et 16ème en 1864.
    SEBASTOPOL 1854 1855
    1854 : En Crimée, les 1er, 3ème, 5ème, 14ème puis les 6ème, 10ème, 16ème, 17ème enfin les 4ème, 7ème et le bataillon de la Garde. Les cinq premiers bataillons s'illustrent notamment à Sébastopol. Troisième bataille inscrite au Drapeau.
    En Baltique en 1854, le 12ème participe à la prise de Bomarsund et particulièrement à la Tour de Presto.
    SOLFERINO 1859
    Campagne de 1859 : bataillon de la Garde, 5ème, 6ème, 8ème puis rejoints par les 10ème, 11ème, 15ème, 17ème, 18ème et 19ème. Le 10ème s'illustre à Solférino. Quatrième inscription au Drapeau.
    En Chine, le 2ème entre dans Pékin, en tête du corps expéditionnaire en 1860 puis est en Cochinchine en 1861En Syrie et Liban, le 16ème en 1862Au Maroc, le 13ème en 1862Au Mexique , les 1er, 7ème, 8ème, 20ème de 1862 à 1867.
    EXTRÊME ORIENT 1885 1888
    En Tunisie, les 7ème, 23ème, 27ème, 28ème, 29ème et 30ème en 1881.
    Au Tonkin et en Annam (1885-1888), le 11ème qui mérite sa cinquième inscription au Drapeau : Extrême-Orient.
    En 1888, 12 des bataillons de chasseurs sont constitués en «bataillons alpins de chasseurs à pied».
    MADAGASCAR 1895
    A Madagascar (1895), le 40ème formé de volontaires venant de tous les bataillons de chasseurs à pied lui acquiert la sixième inscription : Madagascar.
    MAROC 1912 1914
    De 1912 à 1914, au Maroc, les 7ème et 14ème ont par leur tenue inspiré au maréchal LYAUTEY, la page sur l'esprit chasseur qu'il rédigera plus tard et justifièrent la septième inscription au Drapeau.
    En 1913 sont créés le 31e bataillon de chasseurs à pied et 10 groupes de chasseurs cyclistes rattachés aux divisions de cavalerie.
    GRANDE GUERRE 1914 1948"
    Participent à la Grande Guerre les 31 bataillons d'active (n° 1 à 31) :
    31 bataillons de réserve (n° 41 à 71 [n° du bataillon d’active + 40]),
    7 bataillons territoriaux alpins de chasseurs (n° 1 à 7),
    9 bataillons de marche : 
    32ème, 102ème, 106ème, 107ème, 114ème, 115ème, 116ème, 120ème et 121ème,
    10 groupes de chasseurs cyclistes,
    Au total 78 bataillons et 10 groupes cyclistes.
    3 «divisions bleues» uniquement composées de bataillons de chasseurs sont mises sur pied au cours de la guerre. Ce sont les 46ème, 47ème et 66ème D.I. Le lieutenant-colonel DRIANT qui, à la tête de son groupe de chasseurs formé par les 56ème et 59ème bataillon de chasseurs à pied, a tenu tête les 21 et 22 février 1916 à un ennemi supérieur en nombre.
    Plusieurs bataillons sont engagés hors de France :
    L'Armée d'Orient à partir de 1915 : le 58ème,
    Corfou en 1916 : le 6ème.
    En Italie : 
    46ème division (octobre 1917 - mars 1918) : 
    1er GBCA : 7ème, 13ème, 47ème BCA, 
    2ème GBCA : 22ème, 53ème, 62ème BCA
    3ème GBCA : 15ème, 23ème, 63ème BCA
    47ème division (novembre 1917 - avril 1918) :
    4ème GBCA : 11ème, 12ème, 51ème BCA
    5ème GBCA : 14ème, 52ème, 54ème BCA
    6ème GBCA : 30ème, 70ème, 11ème BCA
    (GBCA : groupe de bataillons de chasseurs alpins) 


    Au cours de la Grande Guerre, les chasseurs gagnent à leurs fanions :
    - 242 palmes,
    - 5 fourragères aux couleurs de la Légion d’Honneur,
    - 24 fourragères aux couleurs de la Médaille Militaire,
    - 41 fourragères aux couleurs de la Croix de Guerre,
    - le surnom de « Diables Bleus » qui leur est décerné par leurs adversaires.
    Pour un effectif «sur les rangs» de 72 000 hommes en moyenne, 82000 d'entre eux tombent au champ d'Honneur et méritent amplement la huitième inscription au Drapeau.

    Les bataillons de réserve sont dissous à l'Armistice. 
    Les 31 bataillons d'active sont répartis entre le nord-est, les Alpes et l'Armée du Rhin.
    En outre, entre 1920 et 1924, nous trouvons :
    Les 18ème et 20ème, au Grand-Duché de Luxembourg.
    Le 10ème à Dantzig.
    Le 22ème au Schleswig.
    Le 21ème à Memel.
    Les 6ème, 7ème, 10ème, 13ème, 15ème, 23ème, 24ème, 27ème et 29ème en Haute Silésie où ces bataillons accomplissent avec honneur une difficile mission où ils laissent trop des leurs notamment le commandant MONTALEGRE, chef de corps du 27ème bataillon de chasseurs alpins assassiné.
    En 1925, les 15ème, 23ème, 24ème, 25ème et 27ème bataillon de chasseurs alpins participent au Maroc, à la campagne du Rif, alors que le 7ème et le 13ème sont en Tunisie.
    En 1929 de nombreux bataillons sont dissous ainsi que les derniers groupes de chasseurs cyclistes autonomes.
    En 1937, les 5ème et 17ème sont recréés comme «bataillons de chasseurs portés» sur engins blindés, en vue de constituer ultérieurement l'Infanterie des futures divisions cuirassées (DCR).
    A la veille de la guerre, il existe 23 bataillons actifs.

    Sur le ROUGE
    "NORVEGE 1940 - BLAREGNIE 1940"
    Ce sont 65 bataillons de chasseurs qui prennent part à la campagne de 1939-1940 :
    Les 23 bataillons d'active auxquels s'ajoutent 8 bataillons de formation reprenant les numéros des bataillons dissous.
    15 bataillons de réserve de série A (n° 41 à 71),
    18 bataillons de réserve de série B (n° 81 et au-dessus),
    Le 199ème bataillon de chasseurs de haute montagne mis sur pied par l'école de haute montagne de Chamonix.
    En février 1940, les 4ème et 16ème bataillons de chasseurs à pied sont transformés en bataillons de chasseurs portés.Ce qui porte à quatre le nombre d'unités de ce type :
    5ème BCP (1er DCR) 
    17ème BCP (2ème DCR) 
    16ème BCP (3ème DCR)Aperçu
    4ème BCP (4ème DCR)
    En avril 1940, deux demi-brigades sont engagées en Norvège. Ce sont les :
    5ème (13ème, 53ème, 67ème BCA)
    27ème (6ème, 12ème, 14ème BCA)
    Pendant cette dure et éprouvante campagne de 1939-1940, les corps de chasseurs firent partout honneur à leur Drapeau comme en témoignent les palmes qui sont accrochées à leurs fanions et les neuvième et dixième inscriptions au Drapeau : Norvège acquise par les 5e et 27e demi-brigades et Blarégnies par le 10ème BCP. Après l'armistice de 1940 ne vont subsister que :
    Les 1er, 2ème, 8ème, 10ème, 16ème, 30ème BCP.
    Les 6ème, 13ème, 20ème, 24ème, 25ème et 27èm BCA.
    En Angleterre, le «bataillon de chasseurs d'Angleterre» est constitué en 1940 avec des éléments du corps expéditionnaire de Norvège.
    II disparaît en 1941 à la création de la première division française libre.



    C'est sous l'écusson du 7ème que le sous-lieutenant de réserve François d'Orléans descendant direct du créateur des chasseurs tombera le 11 octobre 1960, en Kabylie, à la tête de sa section.
    1962 : Au moment où se termine la campagne d'Algérie, de nombreux bataillons de chasseurs sont dissous, alors que ceux qui sont maintenus vont stationner en France ou en Allemagne.
    1976 : après la dissolution du 22ème BCA à Nice, il ne subsiste plus que 12 corps d'active qui se répartissent en 3 spécialités :
    5 bataillons alpins : 6ème, 7ème, 11ème, 13ème, 27ème dans les Alpes
    6 groupes mécanisés : 2ème, 8ème, 16ème , 19ème , 24ème en Allemagne, 1er en France (Reims)
    1 groupe du type «régiment motorisé de division blindée» : le 30ème en France (Lunéville)


    Les corps alpins ont seul gardé le nom de «bataillon».
    Les corps mécanisés et motorisés ont pris le nom de «groupe».
    Enfin dans les réserves ont été recréés 8 corps :
    4 bataillons alpins dans les Alpes et sur la Côte d'Azur :
    le 15ème dérivé du 11ème BCA
    le 22ème dérivé du 159ème RIA
    le 53ème dérivé du 13ème BCA
    le 67ème dérivé du 27èm BCA
    3 bataillons de chasseurs à pied en Alsace :
    les 10ème, 29ème, 31ème
    1 groupe de chasseurs à pied en Champagne :
    le 41ème dérivé du 1er GC.
    La «Refondation» de l'armée de Terre entraîne à partir de 1990 de très nombreuses dissolutions et le maintien de seulement 4 corps «chasseurs» : 
    7ème, 13ème et 27ème BCA plus le 16ème bataillon de chasseurs.